mercredi 15 juin 2011

Un concours (encore un !) pour la Roue

Je n'ai même pas encore jeté les bouts de papiers pliés du précédent concours que me revoilà avec un autre... Mais c'est peut-être le dernier avant un bout de temps car le prochain album paraîtra en septembre et pas sûr que je referai des concours – moins d'exemplaires d'auteur pour les albums. En attendant, j'ai reçu ceux de La Roue.

Alors pour vous donner envie de lire le roman, je vous livre le premier chapitre :


Je ne sais pas faire la roue.
Non, je ne sais vraiment pas faire la roue.
La galipette si. C’est facile une galipette. Il suffit de se mettre en boule, de courber la tête, et hop ! On se laisse rouler jusqu’aux fesses et dès que les pieds touchent par terre, on pousse bien fort pour se relever.
Rien de bien compliqué.

Mais la roue…
Ça ne paraît pas si dur de prendre un peu d’élan, de tendre les bras, de s’appuyer sur ses mains pendant que les jambes fendent l’air, et retomber sur ses pieds l’un après l’autre. Pas besoin de se relever, on est resté debout. Une petite révérence, et voilà.
Pourtant, lorsque mon tour arrive et que mes mains touchent le sol matelassé de la salle de gym, mes jambes ne veulent pas décoller ; elles font un petit saut à quelque quarante centimètres du sol pour retomber à peine plus loin, pieds joints, lourdement, sans grâce aucune. Non, mon corps reste recroquevillé, il ne se déploie pas comme la queue du paon, ne se déplie pas comme l’éventail ; il reste dans son étui et n’en sort pas.
– La roue, c’est comme la vie, a dit le prof de gym. Dans la vie, si tu ne te lances pas, si tu ne t’appuies pas sur ce que tu sais, si tu ne passes pas à l’action, eh bien, jamais tu ne retomberas sur tes pieds ! La maîtrise de la roue, c’est la maîtrise de sa vie !
Sornettes, tout ça !
Et puis quoi encore ? Si on ne fait pas une roue bien droite, en suivant la ligne blanche tracée sur le sol, on déviera du droit chemin et on tournera mal !
Rien ne m’irrite plus que l’arrogance et les leçons de morale qu’il nous assène à chaque cours. Et voilà que Sophie hoche la tête et nous dit :
– Ah oui, il a raison, M. Raymond, la roue, c’est super quand on sait la faire ! C’est la preuve qu’on est heureux ; il n’y a qu’à voir dans les films, quand les acteurs font la roue, c’est qu’ils se sentent libres et joyeux.
Elle n’en a pas dit plus, parce que je lui ai jeté un regard noir : elle avait pourtant bien vu que je n’y parvenais pas. Elle a esquissé une petite moue d’excuse et puis elle m’a dit dans un sourire :
– Allez Élise, c’est parce qu’il y a du monde qui te regarde que tu n’oses pas, si tu essayais sans personne autour, tu y arriverais !
Facile à dire pour elle. Sophie pourrait réussir la roue sur une poutre tellement elle la fait droite ! Je me suis tout de même promis d’essayer chez moi.




Pour le concours, laissez-moi un petit commentaire ici et si vous avez envie, racontez-moi une anecdote autour de la gym ou du sport en général ou de toute autre chose sur laquelle vous aviez fait l'impasse au collège.

28 commentaires:

  1. Génial !
    Alors pour ma part j'ai toujours eu HORREUR de la gym à l'école. Et le comble de l'horreur ça a été au collège le trimestre où c'était danse pour les filles et foot pour les garçons. J'étais en rage, moi footballeuse depuis mon plus jeune âge...

    RépondreSupprimer
  2. Oh que j'aimerais le lire celui-là !!!
    Une anecdote du collège en plus. Dur, là je sèche.Je pense que j'ai du mettre au confins de ma mémoire ces souvenirs malheureux ! Enfin, je reviendrais si quelque chose me revient.

    RépondreSupprimer
  3. Au Lycée ça leur a pris: "agrés" ( je ne sais pas si ça s'écrit comme ça, ce mot ne m'intéresse pas, ni de près, ni de loin !!)
    Course d'élan, trempoline et zou par dessus le cheval! (j'ai jamais passé l'obstacle^^)et aussi les barres asymétriques!!Jamais pu passer sur la plus haute!! Il aurait fallu quiller un pot de Nutella pour m'appater...et encore ^^

    RépondreSupprimer
  4. Ben moi, j'ai toujours détesté le sport! Donc gros calvaire au collège, au lycée et encore aujourd'hui je suis bien contente lorsqu'il y a un intervenant qui fait sport à mes élèves! Je déteste en faire, en faire faire!!

    Félicitations pour ce roman!

    RépondreSupprimer
  5. En ce qui me concerne j'étais très enviée au collège pour une seule et unique raison : j'étais dispensée de sport de la 5e à la terminale à cause d'une maladie de croissance pour laquelle à l'époque on interdisait le sport !!!Autant dire que je n'ai pas beaucoup de souvenirs des cours de gym excepté pour la 6e où là pour le coup j'ai cordialement détesté la gym avec les agrès, j'avais vraiment trop la trouille sur les plints et autres barres assymétriques ou cheval d'arçon

    RépondreSupprimer
  6. alors je joue, mais je l'ai déjà! ;-) et j'ai déjà aimé! :-))
    Donc, j'ai une anecdote de sport... en 3ème.
    Piscine.
    L'objectif: aller chercher le mannequin au fond de l'eau en moins de temps possible.
    Il y a un barême: genre si tu mets 15 min pour remonter le mannequin, tu as 1 point etc...
    Bon, moi, j'ai fait le canard. Si, tu sais, quand t'as juste les fesses qui sortent de l'eau, et que tu n'arrives pas à plonger, enfin à te diriger vers le fond!!! Donc j'ai explosé le barème et je n'ai jamais remonté le mannequin.
    Avec moi, le mec en plastique a eu le temps de mourir 100 fois! haha!
    Voilà... Bon, je parle même pas de savoir faire la roue...

    RépondreSupprimer
  7. Bon, le traumatisme vient de la corde à noeuds. Je ne PEUX pas monter à ce truc,, je n'ai jamais pu, je ne pourrai jamais. Et c'était la honte à chaque g-fois. Jamais décollé du sol.
    Et puis, premier jour de rugby au collège, mon survet tout blanc tout beau. Un prof jeune, sympa et qui veut faire son malin :
    "Alors, le rugby, c'est le plaisir de la boue, n'est-ce pas Séverine ?", il met ses mains dans la grosse bouillasse noirâtre et me les étale sur le survet.
    Comme ça, c'était fait.

    Bravo à toi en tout cas !

    RépondreSupprimer
  8. je débarquais de ma cambrousse avec ma tenue ringarde et mes sourires spontanés dans un lycée huppé, genre trente méga pestes qui me toisaient de haut!! Le jour de la piscine, le prof a dit" il manque quelqu'un pour la compét de nage papillon"! Là, je tenais ma chance de leur en fiche plein la vue à ces snobinardes. hop je me lance, à chaque brasse je m'imagine en tête, en natation j'avais toujours été la meilleure, et plof et plof...a l'arrivée la super honte, on avait déjà décerné les prix, et personne n'attendait la dernière!!! C'était moi!!!horeur!!!j'en ai encore la chair de poule!!!

    RépondreSupprimer
  9. poutre , tapis , barres , autant de noms qui font venir a moi les sueurs froides , bien des années après les cours . Autant d'instruments de torture sans nom

    RépondreSupprimer
  10. J'étais en 6ème et nulle de chez nulle en gym. Même pas capable de faire une roulade arrière, c'est dire!

    Avant une épreuve de gym au sol, notée et bien sûr devant les regards moqueurs de toute la classe, je n'ai pas dormi pendant 3 jours.
    J'étais dans un tel état que je suis allée dans l'atelier de mon père et j'ai pris un marteau pour me casser le bras. J'ai levé le marteau, j'ai fermé les yeux... et je n'ai pas pu.

    Je m'en suis terriblement voulu, parce que bien sûr, l'épreuve a été aussi horrible que je l'imaginais.

    RépondreSupprimer
  11. Félicitations Sandrine. Beau parcours !Je tente ma chance avec mon anecdote
    J'ai toujours été nulle en gym et moyenne en natation. Heureusement, l'année du BAC j'ai bénéficié d'une réforme qui m'a offert deux avantages : la possibilité de choisir natation en option et une partie théorique en deux parties (littéraire et scientifique). Résultat : la nulle en gym a eu 18 au BAC en sport ! En effet, ma tête fonctionne mieux que mes muscles.
    Fabienne (Bpi)

    RépondreSupprimer
  12. Félicitations Sandrine!!!
    J'ai très envie de le lire!
    Quoi? comment ça j'ai gagné le dernier livre en concours et j'ai pas le droit de jouer? On va voir ça, tiens! :p

    Agnès, tu me fais marrer, car moi aussi quand "je plonge" j'ai toujours les fesses qui dépassent de l'eau. Comme je ferme les yeux, je crois nager dans les profondeurs mais en fait non... j'ai juste la tête dans l'eau, ou le bout du nez...

    Au collège j'étais nulle en sport! C'était drôle (et un peu la honte) car quand il y avait sports collectifs, on devait faire les équipes... et j'étais toujours choisie en dernier par l'un des deux capitaines, car il fallait bien me mettre quelque part... :'(

    RépondreSupprimer
  13. Pour moi la roue, c'était à deux ou à une main et même sans les mains ! Dans la rue, au supermarché, sur les murets, partout je faisais la roue !
    J'ai même su faire des saltos et pleins d'acrobaties… Aujourd'hui, mon pauvre dos s'en souvient…

    Pour l'anecdote (à la con) en seconde j'ai eu la bonne idée de faire option sport (surtout parce qu'il y avait beaucoup de garçons !) et le premier jour de piscine et ben j'ai oublié de me raser sous les bras… Moi qui suis poilophobe, je m'en souviens encore…

    Sinon, jamais eu la fierté de grimper tout en haut de la corde, noeuds ou pas !

    RépondreSupprimer
  14. J'ai détesté la course à pied au collège et au lycée. Faire des tours de stade pendant 20 minutes était un supplice et les minutes me paraissaient durer des heures.
    J'aurais pu faire la collection de points de côté !

    RépondreSupprimer
  15. merci pour ce jeu ! Je participe ! Longue vie à ton blog et bonne chance à tous !!!

    RépondreSupprimer
  16. Les cours d'Eps ont toujours été un traumatisme pour moi ! Il a fallu que je quitte le lycée pour m'apercevoir qu'en fait j'aimais le sport !
    Félicitations pour ce roman !

    RépondreSupprimer
  17. Je me cachais derrière chaque poteau lorsqu'il fallait courir en sport, dans la cour, au collège... derrière la machine à Mentos... A part ça, j'aimais bien le sport, mais ce truc là, non...
    Je suis bien curieuse de le lire ce beau livre là ! (j'ai complètement oublié sa date de sortie, mince ! Pour le coup, là, je vais m'empresser de courir pour aller le chercher ! :D

    ah oui, et sinon, à la piscine, au lycée, c'était séance "chacun fait ce qu'il veut". et pendant un bon moment, j'ai regardé une fille faire des trucs de dingue, j'étais impressionnée ! ... sauf qu'en fait, quelques minutes plus tard, les maîtres nageurs nous rassemblent, sévèrement, pour nous expliquer que lorsqu'on voit un camarade se noyer, il faudrait peut-être songer à l'aider... oups... et moi qui croyais qu'elle assurait carrément en faisant des roulés boulés, des houplalala youplaboum...

    RépondreSupprimer
  18. C'est pas vraiment drôle mais... un jour quand j'étais au collége, j'ai fais le poirier et je suis tombée d'un seul coup sur le sol. J'ai eu un gros choc et je ne bougeais plus face contre le sol (on ne voyait pas mon visage). Les profs et les eleves se sont approchées et une fille a dit " Elle est morte ? ".

    ....

    Je me suis sentie vraiment mal.

    RépondreSupprimer
  19. Coralie : Oh, nous aussi on a eu ça : foot pour les garçons et danse pour les filles ! Du n'importe quoi ! Comme si forcément les filles préféraient la danse au foot (et les garçons le foot à la danse)... Moi je n'aimais pas du tout la danse, forcément quand on est timide, y'a rien de pire !

    La Tricoteuse : Souvenirs malheureux ? euh bon alors tu veux les laisser de côté tu peux, tu es qualifiée pour le tirage au sort :-D

    Marie-France : ^^ si seulement on était récompensé par des pots de nutella, on ferait certainement plus d'efforts en sport !

    Valy : Hi hi ! pareil !

    Mariesse : ah oui une dispense de sport ! la chance !

    Agnès : oh ben il aurait pas fallu mettre un mannequin avec toi, mais un petit chat, là c'est sûr que tu l'aurais secouru !

    Séverine : jamais essayé la corde à nœuds, ouf... oh et vraiment pas cool pour le survet blanc et neuf... en même temps, quelle idée de mettre un survet blanc et neuf pour du rugby ;-p

    Babelle : aïe oui l'horreur ! Bon bon c'est déjà quand même quelque chose de savoir nager le papillon pourtant !

    Gwendoulash : hi hi ! ravie de te voir ici^^

    Sardine : euh mais c'est dur une roulade arrière ! Ah bon tu t'en es voulu de ne pas t'être cassé le bras au marteau... hum... ça donne une idée de l'horreur que ça devait être !

    Fabienne : Oh Fabienne ! très contente de te voir là ! ben moi aussi au bac, il y avait une partie théorique, il fallait qu'on sache exactement combien de tours de terrain on faisait en vingt minutes d'endurance et notre vitesse, ça m'a fait 5 points d'office, donc 12 en sport au bac au lieu de 7 ^^'

    Baptistine : oh mais toi tu es disqualifiée d'office en ayant gagné le précédent ;-p Bon mais comme j'ai vécu la même humiliation d'être toujours choisie dernière comme toi, je te requalifie :-)

    Sabrina : oh ben tu es l'exception ici pour la gym ! Ah oui, ça c'est bête ça comme situation :-D

    Claire : pareil, à ce demander à quoi ça sert !

    Jérôme 69 : bienvenue ici !

    Geisha Line : oui c'est tout à fait ça, c'est après quand il n'y a plus la contrainte qu'on apprécie le sport...

    Zen : Oh pas mal l'anecdote de la piscine ! :-D

    Alyssa : gloups, c'est pas drôle ça en effet !

    RépondreSupprimer
  20. Moi je te laisse un ptit mot car j'ai tout lu déjà!!! :)) et j'ai vraiment aimé!! J'ai passé un très bon moment en compagnie d'Elise! Alors un grand bravo pour ce premier petit roman! Et puis, je ne sais pas pourquoi, ça m'a donné du courage pour me lancer moi aussi, je suis peut être capable d'écrire plus qu'un album (même si j'entends déjà les réponses négatives des éditeurs face à mon manuscrit pas encore écrit!^^ )Allez, je vais m'entrainer pour la roue ;)

    RépondreSupprimer
  21. Oh, merci Allana Julie ! très contente que cela t'ait donné l'envie de te lancer ! Merci merci :)))

    RépondreSupprimer
  22. Encore un concours, chouette!
    Alors moi j'ai été championne des Vosges de gymnastique en 1993. J'avais 13 ans, la compétition se passait à Saint-Dié, mes parents étaient là pour me soutenir. J'étais vraiment très très fière.....jusqu'à ce que j’apprenne qu'on était 2 dans ma catégorie. En tout cas ça me rappelle des jolis souvenirs, j'adorais faire la roue et porter un juste-au-corps.
    Félicitations pour ce livre que je lirai bientôt et que j'offrirai à des petites filles qui, en ce moment même, ont plaisir à faire la roue.

    RépondreSupprimer
  23. Brrr quels terribles souvenirs... Les barres asymétriques, la corde, le cheval d'arçon, j'étais nulle en tout et j'aurais vendu ma mère pour avoir une dispense. Surtout que la mère en question mettait un point d'honneur à ce que je ne rate aucune séance de sport, même le cross !! Maintenant je vais courir avec (presque) plaisir, mais ce supplice hebdomadaire devant une tripotée de camarades malveillants n'y est vraiment pour rien.

    RépondreSupprimer
  24. bonjour,
    alors moi j'ai adoré la gym.....mais mon entourage est encore plié en deux devant la vidéo de mes exploits quand j'avais 6 ans...un vrai piquet...mais l'essentiel c'est que j'y croyais...
    j'ai hâte de lire ce livre...
    à bientôt
    Jennifer

    RépondreSupprimer
  25. Toutes mes félicitations pour ce livre Sandrine, j'ai bien envie de le lire aussi.
    Alors moi, j'ai adoré le sport au collège et au lycée. L'athlétisme, la gym, tout ça me plaisait excepté le cross. Un cauchemar ce truc, je n'avais aucune endurance, j'étais épuisée au bout de 100 m et je me payais des migraines phénoménales dès que je courais ! Une fois, j'ai été obligée de participer à un cross, il y a avait 2 tours à faire, j'en n'ai fait qu'un, je suis arrivée bien après les autres et je me suis fait enguirlandée parce qu'ils m'avaient oubliée et qu'il leur manquait un participant dans leurs compte !

    RépondreSupprimer
  26. Mag : Ha ha, oui, je comprends bien le juste-au-corps, moi j'aurais voulu faire de la danse juste pour le tutu aussi !

    Alice : Moi aussi j'étais nulle et maintenant je vais courir avec (presque) plaisir, mais je me demande toujours comment j'arrivais à tenir 20 minutes en endurance !

    Jenny : Rien de mieux que des vidéos souvenirs !

    Régine : Merci ! oh le cross !! :-D

    RépondreSupprimer
  27. Me reste ce constat malheureux : le sport à l'école n'est pas fait/pensé pour aimer le sport, dommage (c'est court comme message mais j'ai TRES chaud)

    RépondreSupprimer
  28. Pas de souci pour moi en sport, je faisais toujours les démonstrations, poutre, barres asymétriques, cheval,... ça m'éclatais ! Par contre, j'étais nulle de chez nulle en maths et après tout un cursus scolaire de multiplication, de géométrie dans l'espace,... et bien, je ne comprends toujours rien à cet univers de chiffres. J'ai eu quand même un super prof de maths au collège (c'est pas que les autres étaient nuls, mon niveau était sans espoir) qui expliquait les choses avec des parts de tartes aux myrtilles, c'est marrant tout de suite j'avais mieux compris ;)

    RépondreSupprimer