samedi 31 octobre 2009

L’étranger : suite

Mais parfois il reste derrière des barrières imaginaires, pour ne pas rugir et donner un coup de griffe à qui se moque de lui. Il n’aime pas les caresses à rebrousse-poil, mais ne doit pas se montrer sauvage. Qu’il réagisse en tigre, il est aussitôt mis en cage.

Plutôt que des barreaux, il a une carapace. Il l’a forgée avec le temps, elle le protège des menaces, elle lui tient lieu d’habitat. C’est son chez-lui, son seul endroit à lui.

7 commentaires:

  1. Il est vraiment "dur" et émouvant ce projet d'album. J'espère qu'il sera bien vite édité!

    RépondreSupprimer
  2. Images et texte : c'est à la fois profond et doux, grave et tendre. j'aime vraiment beaucoup, c'est réellement inspirant.

    RépondreSupprimer
  3. Très expressifs...
    Le texte est superbement bien écrit.

    RépondreSupprimer
  4. Merci à toutes les trois !
    Ah, si c'est inspirant, c'est d'autant mieux !
    Et l'adverbe "superbement" est peut-être un peu fort mais il fait très plaisir !

    RépondreSupprimer
  5. Tout est magnifique ici! Tes illustrations sont raffinées et ont un petit air asiatique... Tu fais tout à la main, en quel format? et quelle technique? Bravo en tout cas!!!

    RépondreSupprimer
  6. Ohhhhhhh Sandrine, ce que tu fais est superbe!!!!!!!!! je visite ton blog pour la première fois, et j'aime énormément ton univers!!! Un vrai coup de coeur! C'est poétique et plein de sensibilité, j'aime!!!
    Je reviendrai, ça c'est une évidence!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup ce personnage et l'univers qu'il y a autour...De très belles images!

    RépondreSupprimer