jeudi 25 juin 2015

Prix Passerelle pour Le Banc

Le Banc est lauréat du prix Passerelle 2014/2015 dans la catégorie CM2-6e !
Le détail du vote par ...

Quant au Pull, il continue sa route ; il est sélectionné pour Lire et choisir et pour le Prix de la Citoyenneté 2015/2016 catégorie 5e-4e.

Il est chroniqué chez Les livres de George :
https://leslivresdegeorgesandetmoi.wordpress.com/2015/05/09/le-pull-sandrine-kao-litterature-ado/#more-25100

et sur le site Ricochet :
http://www.ricochet-jeunes.org/critiques/livre/53996-le-pull

mercredi 15 avril 2015

Le pull : avis (suite)

http://www.petitesmadeleines.fr/archive/2015/03/28/le-pull-sandrine-kao-5592373.html
 Un coup de cœur sur le blog des Petites Madeleines :
 "En parcourant ce résumé, je vous avoue que je n'avais pas compris le ton du roman. Je m'attendais à une sorte de "relooking" vestimentaire qui sauverait l'héroïne. Mais j'ai d'autant plus été surprise par le contenu poignant, par ces sentiments déchirant d'une ado qui ne trouve plus sa place dans sa famille, avec une amie qui s'éloigne et d'autres qui se jouent d'elle. J'ai parfaitement pu imaginer ces jeux de manipulation qui se jouent dans les couloirs du collège, ces amitiés au prix trop fort à payer, ces sentiments qui dépassent quand les hormones entrent en jeu et ces tentations dangereuses de se faire du mal pour avoir l'impression de maîtriser quelque chose. Je vois tous les jours mes élèves se débattre avec tout ça, et je sais que ce petit livre va vite trouver preneur!! Pour les plus jeunes des ados, pour une écriture vraie, simple et juste qui n'oublie pas de porter aussi de l'optimisme!"

http://aliasnoukette.fr/le-pull-sandrine-kao/ 
"Une couverture girly mais un contenu qui l’est beaucoup moins et ça, c’est une bonne surprise. L’air de rien, ce petit roman décrit d’une façon très juste la spirale du harcèlement. Des attitudes qu’on préfère taire, des gestes apparemment anodins qui laissent une empreinte indélébile, une angoisse et une culpabilité qui rongent de l’intérieur : Soline s’enfonce petit à petit dans une tristesse, un silence et un mutisme profonds, incapable d’exprimer ses sentiments sur ce qu’elle vit, à juste titre, comme un véritable traumatisme. Profondément meurtrie, la jeune fille se coupe du monde et extériorise sa souffrance en se faisant du mal…"

http://litterature-a-blog.blogspot.fr/2015/04/le-pull-sandrine-kao.html#comment-form
Sur D'une berge à l'autre :
"J’avoue, je n’avais rien vu venir. Je pensais découvrir une histoire classique d’ado mal dans sa peau, mais c’est bien plus fin. Sandrine Kao propose une réflexion délicate et originale sur le harcèlement, un harcèlement aussi insidieux que pernicieux, poussant la victime à se demander si ce n’est pas elle qui imagine des choses, voire si ce n’est pas elle qui les encourage. Elle montre la façon dont l’angoisse monte peu à peu, les ravages que provoque une attitude déplacée que l’on subit en silence. [...] Un sujet grave abordé de façon positive, sans rien nier du mal être engendré mais en insistant sur le fait qu’il est toujours possible de s’en sortir. L’écriture pleine de sensibilité et de justesse fera longtemps résonner la voix de Soline dans l’esprit des jeunes lecteurs. Une vraie réussite."

mercredi 25 mars 2015

Mambo

Toujours en noir, gris, blanc, et pour illustrer une note de programme sur le thème des danses.

lundi 16 mars 2015

Le pull : quelques avis de lecture

http://enfantipages.blog.lemonde.fr/2015/03/14/le-pull/
"Sandrine Kao parle de timidité, de harcèlement, de complexes, de crainte, de scarification... Et elle en parle juste en décrivant le chemin tordu emprunté par les sentiments d'une jeune fille fragile, fragilisée d'autant plus par un comportement malsain et pervers. Un roman court sur une réalité très partagée, où les mots trouveront de fortes résonances dans une adolescence trop souvent bousculée par une image de soi particulièrement vulnérable. A lire dès 12 ans, pour dire aussi que le silence et la soumission ne valent jamais la parole et la réplique."


http://lesjeuneslettres.blogspot.fr/2015/03/sandrine-kao-le-pull.html
Sur Les jeunes lettres :
"Pas de morale sirupeuse en fin de roman, pas de lieux communs: l'écriture de Sandrine Kao est à la fois simple évite volontiers le piège du pathos, du larmoyant. On a le droit à un développement qui prend son temps mais qui ne va pas non plus s'étaler des plombes: dès la fin du premier chapitre nous avons les enjeux du roman, et l'ouverture promet un bel avenir à l'héroïne. Et puis, très important, on est loin du manichéisme tellement présent dans la littérature de jeunesse. Ca fait tellement du bien de lire un roman qui présente la vie comme elle est : en nuances et comme une sorte de grosse initiation sans fin. "

http://lebateaulivre.over-blog.fr/2015/03/le-pull.html

Sur Le bateau livre :
"Il me semble aussi que le thème du harcèlement, malheureusement bien réel dans les collèges, est intéressant et l’auteur l'évoque avec délicatesse. Dommage que l’on reste un peu sur sa faim. Il me semble que le texte aurait pu approfondir un peu plus l’histoire et les motivations du "harceleur", dont on ne saura rien."


http://delivrer-des-livres.fr/le-pull-roman/


Sur Délivrer des livres :
"Un roman court, mais intéressant et prenant. Bien écrit, simplement mais pas en langage d’jeun’s ou sms. A lire et à avoir, je trouve, dans les CDI de collège."
 

 http://www.livralire.org/rubriques/index.php/Nouveautes 
Le pull fait partie de la sélection d'hiver de février de Livralire Romans junior (11-13)

vendredi 13 février 2015

Essai noir et blanc

Un essai d'illustration en noir et blanc pour une note de programme, réalisé début janvier : L'oiseau de feu de Stravinsky.
L'occasion d'expérimenter de nouvelles techniques en illustration.

jeudi 12 février 2015

Le pull

C'est aujourd'hui que sort Le pull, qui, comme La roue et Le banc, paraît dans la collection "Tempo" chez Syros.

Voici la quatrième de couverture : 
"D’une timidité maladive, Soline aime s’enfouir sous d’amples vêtements pour  passer inaperçue. Son pull fétiche est si déformé qu’il lui arrive à mi-cuisses tandis que ses mains disparaissent dans ses manches. Poussée par son amie Lucille, elle adopte une nouvelle tenue du jour au lendemain : bottines, jean noir, haut noir, rien d’incroyable vraiment. Soline se sent toujours la même. Pourtant, autour d’elle, les regards changent... Et certaines attitudes aussi."

Difficile de ne pas trop en dire dans un texte d'accroche, mais l'on se doute que le thème principal de ce roman n'est pas l'apparence vestimentaire. Certes, ce changement sera déclencheur, mais Soline n'aura pas qu'à subir le regard des autres...
Le pull retrace la construction et la déconstruction de l'identité de l'héroïne, qui, entre rêve éveillé, imaginaire et amère réalité, tente d'exister.